RGC on Linked in @RGCouncil RGCouncilCanada
Open Mobile Nav Open Mobile Search

Qui est CJR?

Le Conseil du jeu responsable (CJR) est une organisation indépendante sans but lucratif vouée à la prévention du jeu problématique.

plus sur nous...

L'histoire de Tala

« Quand tu es au casino, tu te sens spéciale. Tout le monde te connaît et te salue. Je me répétais : ‘Je suis platine’. À la maison, tu ne reçois pas une attention pareille. »

Les expériences de jeu de Tala ont commencé avec sa famille philippine élargie.

« Mon mari et moi sortions avec toute la famille deux ou trois fois par année, juste pour le plaisir. Nous allions à un concert, sortions pour souper, et allions jouer un tout petit peu. Je jouais à la roulette. On passait une belle soirée. »

Les choses ont bientôt changé.

« J’ai commencé à avoir des problèmes avec mon mari. Il était toujours occupé à son travail, dit-elle, ajoutant qu’il n’avait pas le temps de sortir avec elle. Au lieu, il me donnait de l’argent, alors j’allais au casino toute seule. »

Elle a joué sur les machines à sous pendant sept ans, y allant de plus en plus fréquemment. « Un soir, j’ai perdu 4 000 $. Je me suis dit : ‘C’est assez, j’arrête’. Et je me suis exclue du casino.

« Jusque là, je n’avais jamais pensé que j’avais un problème de jeu. Mais la vérité, c’est que je mentais, que je cachais des choses, et à la fin, que je dépensais 5 000 $ par semaine au baccarat. Avec chaque perte, je devenais de plus en plus désespérée de regagner l’argent perdu parce que mon mari n’avait aucune idée de tout l’argent que je dépensais. »

Lorsqu’elle perdait, elle était en colère, frustrée, et ne pouvait pas dormir; mais ça ne l’arrêtait pas.

« J’ai perdu beaucoup d’argent durant ces années, probablement 100 000 $. Maintenant j’ai tout dépensé, et la seule chose qui me reste, c’est ma dette.

Tala et son mari reçoivent du counselling, mais il faut beaucoup de travail pour qu’il lui refasse confiance.

« Mon mari est récemment allé acheter une auto mais n’a pas réussi parce que sa cote de crédit n’était pas bonne. Il a découvert qu’il y avait une dette de 24 000 $ sur une carte de crédit qu’il m’avait demandé d’annuler il y a plusieurs années. Il a dit qu’on ne lui avait jamais refusé de crédit de toute sa vie. Il a dit que j’avais détruit le bon nom qu’il avait. »

Avant son problème de jeu, Tala admet qu’elle n’avait pas de plan de dépenses.

Elle travaillait, avait une allocation de son mari pour la maison, et des cartes de crédit. Lorsqu’elle a commencé à jouer, elle utilisait l’argent de la maison plutôt que de payer les factures, se servait des cartes de crédit et a éventuellement cessé d’aller travailler. « Je téléphonais au travail du casino et disais que j’étais malade. Parfois, je n’arrivais pas à m’arracher du casino pour aller chercher ma fille à l’école, même si c’était l’hiver et qu’elle devait marcher sur une bonne distance pour rentrer à la maison.

« J’ai dépensé beaucoup d’argent, mais j’ai aussi perdu beaucoup de temps que j’aurais eu avec mes enfants. »

À cause des biens de son mari, Tala ne peut déclarer banqueroute. Au lieu, elle a un prêt de consolidation qu’elle espère rembourser en trois ans, et reçoit du counselling pour le jeu problématique de même que pour son mariage.

« Je vis un jour à la fois. J’avais l’habitude de jouer pendant 48 heures d’affilée sans dormir ni manger. Maintenant, je regarde la télévision le soir, et je me sens beaucoup moins frustrée, parce que je ne suis pas constamment en train de perdre de l’argent. Mon mari et moi travaillons fort pour sauver notre mariage. Je pense qu’on peut y arriver. »

Multilingual Problem Gambling Service offre de l’information et du counselling téléphonique gratuits et confidentiels en Tagalog et autres langues.

Composez le 1.888.689.0988 ou visitez le www.ProblemGambling.ca.
Tala's story
Mais la vérité, c’est que je mentais, que je cachais des choses, et à la fin, que je dépensais 5 000 $ par semaine au baccarat.

Vous voulez en savoir davantage sur le jeu plus sécuritaire?

Obtenez de l’aide