RGC on Linked in @RGCouncil RGCouncilCanada
Open Mobile Nav Open Mobile Search

Qui est CJR?

Le Conseil du jeu responsable (CJR) est une organisation indépendante sans but lucratif vouée à la prévention du jeu problématique.

plus sur nous...

Recherche et analyse

Les rapports de projets de recherche listés ci-dessous, réalisés par le Conseil du jeu responsable, peuvent être téléchargés. Lorsque vous partagez ou citez de l'information tirée de ces rapports, veuillez vous assurer de préciser le nom du/des auteur(s) et la date de publication. Veuillez communiquer avec nous si vous avez des questions quant à l'utilisation appropriée de ces données.

En vertu de certaines obligations contractuelles et du caractère confidentiel de certaines des recherches réalisées par le Centre du CJR, les rapports ne sont pas tous destinés à un usage public. Pour obtenir de l’information relativement aux projets en cours et aux travaux réalisés dans le passé par le Centre du CJR, veuillez remplir ce formulaire.

Examiner l'évolution du jeu problématique : étude de suivi après un an

Jamie Wiebe (Conseil du jeu responsable), Eric Single (Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies), Agata Falkowski-Ham (Conseil du jeu responsable) | oct. 1, 2003

Ce rapport est fondé sur une étude de suivi qui prend appui sur Measuring Gambling and Problem Gambling in Ontario (Wiebe, Single & Falkowski-Ham, 2001) en suivant un échantillon de participants de l'étude portant sur la prévalence environ un an après celle-ci. Le rapport jette un regard sur :

  • le développement et le type de préoccupations liées au jeu vécues par les personnes (c.-à-d. financières, relationnelles, etc.)
  • comment les préoccupations sont abordées
  • l'incidence négative que peuvent avoir les activités de jeu d'une personne sur d'autres

Les résultats ont révélé un changement considérable du comportement face au jeu de certaines personnes au cours de l'année : certaines d'entre elles qui affirmaient éprouver des problèmes ont amélioré leur état, alors que d'autres qui n'éprouvaient pas de problème à l'origine, ou avaient des problèmes moins graves, éprouvaient des problèmes plus graves. Bien que l'étude ait révélé une tendance générale à réduire les problèmes de jeu, il est intéressant de noter qu'environ 10 % des répondants de chaque niveau de jeu éprouvent des problèmes plus graves.

Consultez aussi le rapport connexe fondé sur la même étude, Psychological and Social Factors Associated with Problem Gambling [link] (2003).

Veuilez noter que le rapport intégral est publié uniquement en anglais.
Télécharger
PDF, 217,76 KB